Lanzarote #2 : inoubliable Graciosa…

IMG_0746Graciosa a un éclat et une luminosité à vous faire pâlir d’envie… Elle est très changeante mais tellement attachante qu’on a le coeur serré lorsqu’on la quitte…Elle a par dessus tout un charme fou et une beauté entêtante…Elle, c’est cette toute petite Île de 29km² au large de Lanzarote dont le nom est déjà une promesse en soiIMG_0910

Selon l’alternance des marées et la versatilité des nuages, elle ne sera ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre et on se surprend facilement à passer des heures à contempler l’incroyable palette de vert et de turquoise des eaux qui bordent ses rivages.IMG_0906IMG_0802 copyIMG_0773IMG_0889D’Orzola à Lanzarote, le trajet en bateau dure environ une demi heure, vous débarquez à Caleta de Sebo, le  village principal de l’île, et là, la magie commence déjà. Le minuscule port est vraiment adorable avec ses petites maisons blanches, sa poignée de cafés et ses ruelles ensablées, sans parler de cette nonchalance si agréable que l’on retrouvera dans le reste de l’île. Il faut dire aussi que La Graciosa a une particularité : elle n’a pas de route goudronnée ! De ce point de vue, elle m’a d’ailleurs beaucoup rappelé l’île de Holbox, au Mexique, souvenez vous, je vous disais dans mon premier article que ces îles me faisaient penser à une contrée lointaine…IMG_0711

Caleta de SeboIMG_0712

Le meilleur moyen de la découvrir est donc la marche, rassurez vous, l’île est plutôt plate, mais protégez vous bien car il n’y pas une seule ombre tout au long des parcours. Vous pouvez aussi louer des vélos mais les nombreuses dunes vous freineront vite, et à moins de ne pouvoir faire autrement, s’il vous plaît ne prenez pas de 4×4, c’est vraiment dommage d’interrompre toute cette quiétude et beauté par le bruit des moteurs.
IMG_0752 IMG_0760 copy

Notre objectif de départ était de rejoindre La Playa de las Conchas qui est, parait il, la plus belle mais ce jour là elle était très venteuse. De plus, nous sommes arrivés relativement tard, nous avons donc choisi la Playa de La Cocina, qui nous a permis de longer la magnifique côte sud de l’île.

Celà nous a pris plus d’une heure à pied, mais cette indication ne signifie pas grand chose car nous nous sommes arrêtés très souvent pour contempler le paysage. Sur le bateau, on vous remettra une carte de l’île indiquant les distances et le temps pour rejoindre les différentes plages. A propos du voyage en bateau, non seulement le parcours était déjà très beau mais le personnel était en plus d’une gentillesse incroyable !

IMG_0771 IMG_0813 copyIMG_0787Bon, vous avez peut être remarqué que j’avais un faible pour les buissons épineux !IMG_0810IMG_0885IMG_0830 copy

IMG_089IMG_0909 copySi nous retournons à Lanzarote, il est certain que nous resterons une nuit, voire plus, pour découvrir le reste de l’île.

Avant de prendre le bateau de retour, en voyant ces enfants jouer dans le sable, j’ai eu un pincement au coeur et cette impression de l’avoir quittée trop tôt…IMG_0914

 

Lanzarote #1 : « Renaître de ses cendres… »

IMG_0706

Si quelqu’un m’avait dit qu’un jour, je serais émue par Lanzarote, je l’aurais regardé d’un air un peu sceptique, les clichés véhiculés sur les Canaries étant en effet plus ou moins flatteurs : un fort taux d’ensoleillement, des belles plages certes, mais envahie par des hordes de touristes, des côtes enlaidies par des constructions anarchiques et des paysages arides et minéraux. Il faut bien sûr aller au delà des poncifs et voir les choses par soi même, d’un regard neuf. Je me souviens ainsi avoir adoré Soller, aux Baléares, alors que cet archipel était également associé au tourisme de masse, je crois que l’on peut voyager différemment dans tous les coins de la planète.

IMG_0145

Et puis il ne faut pas oublier que les Canaries, ce sont 7 îles très différentes les unes des autres, et selon vos activités favorites (surf, randonnées, musées….), l’une sera plus adaptée qu’une autre. Nous avons choisi Lanzarote car elle était suffisamment petite pour que nous puissions bien l’explorer en une semaine et suffisamment grande et variée pour nous permettre de combiner tous les ingrédients pour un voyage réussi : ballades, farniente sur la plage et visites de sites culturels. Et je peux dire désormais que Lanzarote est bien plus qu’une destination que j’ai simplement « aimée », elle a dépassé de loin mes espérances…

Tristesse, désolation et…renaissance

La plupart des paysages à Lanzarote sont vraiment très beaux, mais lorsque nous sommes passés en voiture devant des longues étendues recouvertes d’éboulis volcaniques lugubres, où rien ne semble pouvoir pousser excepté parfois du lichen, je n’ai pu m’empêcher de penser à la souffrance et au dénuement qu’ont du endurer ses habitants après les violentes éruptions volcaniques qui ont secoué l’île au 18ème siècle. Pendant des années, l’air fut paraît il chargé de cendres et les terres fertiles furent ravagées, poussant les villageois à immigrer parfois jusqu’en Amérique du Sud. Il fallait être fou pour rester dans un endroit aussi hostile, la population d’ailleurs avait chuté jusqu’à 300 habitants…
IMG_9782

Mais cette adversité a exacerbé l’ingéniosité des paysans, qui ont développé une agriculture unique au monde en utilisant le gravier volcanique. L’un des meilleurs exemples sont ces pieds de vigne cultivés dans un trou et protégées du vent par des petits murets.

IMG_0631

A Lanzarote, ne vous fiez donc pas aux apparences : de loin, certains paysages semblent hostiles, alors que lorsque vous vous approchez, vous vous apercevrez que la vie s’accroche à tout prix et prend le dessus. Les cactus semblent parfois sortir de nulle part, les fleurs affichent des couleurs vives, contrastant si fortement avec le noir du picòn, et les légumes poussent là où l’on ne s’y attend pas. Bref, on se sent ému et heureux comme lorsqu’on assiste à un happy end !

L’île doit aussi son cachet et son succès à un enfant du pays : César Manrique, un artiste surdoué et visionnaire qui a compris le haut potentiel touristique de son île et qui a su imposer sa vision du développement durable (nous sommes pourtant dans les années 6o). Il a réussi à faire voter des mesures qui, ont non seulement sauvé l’île du bétonnage, mais l’ont rendue si unique. Il y a eu entre autre l’interdiction de construire plus de 3 étages, l’adoption du blanc pour les bâtis et la limitation des panneaux publicitaires. Le résultat est tout simplement impressionnant : on ne se croirait pas en Europe mais dans une contrée lointaine, dans un autre temps, celui où l’on arrive encore à vivre en harmonie avec la nature et où l’on n’est pas pollué par la publicité.


SUR LA ROUTE

L’île mesure 62km de longueur sur 22 km de large, les distances sont donc très courtes, je vous conseille vivement de louer une voiture (en basse saison, les prix sont dérisoires en plus). Il y a bien sûr des bus qui relient les principaux villages et sites touristiques, mais il serait dommage de devoir programmer votre journée en fonction de leurs horaires alors qu’une fois à bord, le trajet ne durera jamais plus d’une heure. Et puis vous serez plus libre de vous arrêter où bon vous semble pour admirer les paysages.

IMG_0058
Où se poser ?

Nous nous sommes basés à Téguise où nous avons trouvé cette charmante petite maison via Homelidays, l’ancêtre d’Airbnb. Le premier étant bien sûr moins glamour que le second  (ahh marketing quand tu nous tient ! ) mais il a le mérite d’être sérieux, nous l’avons utilisé 4 fois et n’avons jamais été déçus. Ce qui est marrant, c’est de voir que les deux sites proposent parfois les mêmes logements, mais je vous avoue que j’ai un peu été refroidie par Airbnb…

Sachez qu’il y très peu d’hôtels pour voyageurs individuels à Lanzarote, la solution idéale est de louer un studio ou un appartement. Il y a aussi un autre village plus au nord qui nous a semblé aussi être une bonne base, c’est Haria, le village aux mille palmiers.
IMG_0371IMG_0996 copyIMG_0123IMG_9734IMG_9741

Le télé était juste en dessous de la fenêtre mais avec une telle vue, nous ne l’avons évidemment jamais allumée…
IMG_9729IMG_9927 copy

IMG_9923

TEguise LA TRANQUILLE

Avant de vous faire le tour de l’île, laissez moi vous montrer quelques photos de Téguise, cet adorable village loin du tourisme de masse. Excepté le dimanche matin, jour de marché, vous pourrez déambuler presque seuls dans les petites rues et admirer des façades de demeures anciennes.
IMG_0435IMG_9754IMG_9942 copy

IMG_0415

IMG_0427 copy

IMG_0984

IMG_0526 copy

IMG_1222IMG_0514 copy
Où (très Bien) manger à TEguise ?

Vous savez combien j’aime bien manger et je pense que j’ai aimé Téguise en partie aussi pour ses supers adresses de restaurants, je vous livre ici mes trois adresses favorites.

Pour des tapas et plats à partager : La Cantina 

C’est simple, nous y avons mangé quasiment tous les soirs. Le restaurant abrite aussi une petite épicerie fine où vous pourrez acheter le meilleur vin de l’île (El Grifo) et des délicieuses chips de patate douce pour l’apéro !
IMG_0596 IMG_0597 copy

IMG_1229

IMG_1234 copy

Pour une soirée en amoureux : Barstro , situé à Nazaret, à 3km seulement de Téguise.

Le service est attentionné sans être guindé et les prix plus que corrects pour la qualité et le raffinement des plats !IMG_0932

IMG_0944 copy…Et surtout ne ratez pas La Cueva !

Non loin de Barstro, se trouve le bar le plus grand et le plus dingue que j’ai vu ! Vous commandez vos cocktails au bar et vous pouvez ensuite vous balader avec dans le jardin tropical et vous poser dans des petits cavités creusées dans la falaise. Nous étions excités comme des gamins et n’avions pas tenu en place tant il y avait des recoins et couloirs à explorer ! Juste à côté se trouve Lagomar, le restaurant, mais il nous tentait moins car il est niché dans une grotte, donc un peu sombre j’ai trouvé.

IMG_0550

IMG_0541 copyIMG_0571IMG_0584 copy

IMG_0552

IMG_0586 copy

IMG_0592
IMG_0589 copy




Loading...
X