IMG_4372Notre dernier voyage en Asie remonte à 2013 (ce fût la Corée du Sud) et depuis, je n’avais qu’une hâte : retourner sur ce continent ! Le titre de mon article est aussi un clin d’oeil à ce pays, surnommé le « pays du matin calme » alors que si vous y aviez déjà mis les pieds,  je crois que vous serez d’accord avec moi : la Corée du Sud est tout sauf calme, elle est plutôt survoltée et son énergie est extrêmement communicative !

Direction cette fois ci le Laos. Pourquoi le Laos ? Pour une raison simple : avec la Birmanie, c’est le pays d’Asie du Sud Est que nous ne connaissions pas encore et comme Novembre n’est pas une bonne période pour se rendre en Birmanie, le choix fût donc vite fait.

Pour être honnête, si je ne devais faire qu’un seul voyage en Asie, je n’aurais pas choisi le Laos. Ouvrez une carte, et regardez : ce pays est littéralement coincé entre des tigres politiques et autres dragons économiques,  il ne fait pas beaucoup parler de lui et a du mal à concurrencer ses voisins à pleins de niveaux. C’est vrai aussi qu’il n’a pas les  splendides plages et îles de son voisin thaïlandais (il n’a pas de plages tout court à vrai dire…), ne possède pas des sites archéologiques aussi impressionnants qu’au Cambodge (en même temps, aucun autre pays ne possède la splendeur d’Angkor …) et bien que faisant partie de l’ancienne Indochine, il est moins évocateur de cette période que son voisin le Vietnam. Mais que lui reste-t-il alors ?

L’appel de la forêt (tropicale)…2

Environ un peu moins de la moitié de la surface du Laos est couverte par la forêt, même si ce chiffre tend malheureusement à chuter d’année en année, lorsque vous survolez le pays en avion, la végétation semble encore dominante. Ajoutez à cela une très faible densité de population (27 habitants au km², à titre de comparaison, en Thaïlande elle est de 122 habitants/km²), et vous trouverez donc un pays pas encore enlaidi par les constructions anarchiques d’immeubles ou d’hôtels. Il n’est nul besoin de pénétrer dans la jungle profonde pour profiter de la végétation tropicale, nous avons pu faire des magnifiques balades au départ des villages. J’en profite à ce sujet pour vous indiquer notre itinéraire si vous vous demandez ce que l’on peut voir en 2 semaines : Luang Prabang (5j), Nong Khiaw (2j), Ile de Don Det/région des 4000 îles (3j), Champassak (3j). La meilleure période pour séjourner au Laos s’étend de novembre à février, elle correspond à la saison sèche. 
3IMG_3242 copyIMG_3984IMG_4500

…SPIRITUALITé & éloge de la lenteurIMG_3312

La faible densité de population doit sûrement y jouer mais je trouve que le Laos est une destination particulièrement reposante. Pour peu en plus que vous n’emportiez pas comme moi votre téléphone, la sensation de partir très très loin fait un bien fou.

Les Laotiens ne sont pas calmes…ils sont impassibles ! J’avais l’impression que le sol pouvait s’écrouler sans qu’ils perdent leur patience.  Alors un conseil, ne vous énervez pas quoiqu’il arrive, cela ne servira à rien, vos petits soucis et tracas ne trouveront pas échos.  J’avais lu aussi à l’aéroport de Paksé une petite description du pays dans lequel ils disaient que les Laotiens fuyaient la compétition car « ils avaient conscience de la nécessité de rester solidaires pour surmonter les difficultés et aléas de la vie rurale », waouh… ça donne envie… Toute occasion est donc bonne pour faire la fête ensemble : un mariage, un départ à l’université, la fin d’une récolte, une kermesse, sans compter toutes les fêtes religieuses.

Le Laos est l’un des pays les plus pauvres au monde, et pourtant nous n’avons pas vu d’enfants mendier, nous avons traversé des villages où ils ne semblaient même pas remarquer notre présence alors de là à venir nous demander quoique ce soit… Malgré le dénuement dans les villages et l’absence ou la mauvaise qualité des structures de santé, le misérabilisme n’a pas sa place ici, cela remet pas mal les idées en place et nous permet une fois de plus de nous rendre compte de la chance inouïe que nous avons…
IMG_4472
IMG_4552 copyIMG_4522IMG_3446 copyIMG_4596En résumé, je dirais que ce pays, étant moins visité que ses voisins, échappe au tourisme de masse. Pour le moment du moins, car les choses changent tellement vite en Asie, j’ai par exemple été sidérée de ne plus reconnaître la ville de Siem Reap au Cambodge en l’espace seulement de 8 ans….

Alors si vous êtes amoureux de la nature, si vous aimez contempler les scènes de vie le long du Mékong, si vous aimez les temples et observer les préparatifs de fêtes bouddhistes, le Laos est fait pour vous ! Et n’oubliez pas, le Laos possède l’une des plus jolies villes d’Asie : Luang Prabang, dont je vous parlerai longuement…IMG_4399IMG_3555

Coût de la vie – HéBERGEMENT
IMG_4185 copy

La monnaie est le Kip, actuellement 1 euro = 8 700 Kips, donc vous vous retrouvez très vite millionnaire ! J’ai trouvé globalement que les prix, que ce soit dans les restaurants ou dans les hôtels, étaient un peu plus chers que dans le reste de l’Asie du Sud Est pour des prestations équivalentes. Il faut savoir qu’il y a une double économie ici et les endroits pour touristes ne sont pas fréquentés par les locaux, ce qui n’est pas le cas en Thaïlande ou même au Vietnam, enfin dans les grandes villes.  Cela reste quand même bon marché, vous pourrez par exemple manger un plat pour 5€ dans un restaurant haut de gamme. Pour 30€ par nuit, vous avez une chambre très confortable et à 70€, vous avez accès à des prestations luxueuses. Dans les grandes villes comme Luang Prabang, Packsé ou Ventiane, vous aurez vraiment le choix et il y en a pour tous les goûts et budgets , dans les villages, le choix sera bien sûr plus restreint. Nous avons fait nos réservations via les sites Booking et Agoda (le spécialiste de l’Asie), je vous livrerai mes adresses favorites dans de prochains articles.

IMG_4682Concernant les laveries, elles sont identifiables par le panneau « laundry », c’est vraiment pratique et bon marché : vous confiez votre linge le matin et le récupérez le soir même (comptez environ 1€ le kilo) , sinon, les guesthouse proposent également ce service. Pour ce séjour, j’ai battu mon record de légèreté pour mon sac à dos : 6 kg pour un périple de 3 semaines ! Tout le monde s’en fout je sais…sauf mon dos !

Transports : plus on est de fous…

Aie Aie Aie, le point faible à mon avis de cette destination ! Déjà, sachez qu’à part quelques axes principaux, l’état du réseau routier laisse à désirer. Ensuite, je ne sais pas si c’est parce qu’il y a moins de touristes que dans les autres pays de l’Asie du Sud Est, mais à part sur les longs trajets, il n’y a pas de grands bus. Vous voyagez dans des mini bus affrétés pour les touristes par des agences et hôtels ou des taxis collectifs qui se révèlent être des camions bâchés (les songthaew). Je vous avoue que 4 heures à bord de ces derniers, le temps semble long. Les nombreux nids de poule, la poussière envahissante (je vous conseille de prendre un foulard) et la conduite sportive des chauffeurs m’ont aussi donné quelques frayeurs… IMG_4853La ponctualité n’est pas vraiment non plus leur fort, pour la simple et bonne raison qu’un bus ne part que s’il est plein, le hic c’est que nous n’avons pas la même notion du « plein ». Sur le mini bus de 10 places, il est apposé un autocollant mentionnant « 15p », cette petite pastille fait donc office de parole d’évangile : si l’autocollant le veux, nous le pouvons…et le devons ! Vous vous retrouvez donc serrés comme des sardines, faisant fi bien sûr toute notion de sécurité. Je ne vous parle même pas du nombre de personnes qui peuvent monter dans les songthaew .  Donc si votre mini bus est prévu à 9h, il partira en général à 9h30. Pour les songthaew, il faut compter aussi des arrêts et petits détours pour récupérer du matériel de construction ou d’autres marchandises, bref, le trajet doit être ren-ta-bi-li-sé ! Le point positif c’est que lorsque vous arrivez à destination, vous êtes tellement heureux qu’il ne vous soit rien arrivé que vous souriez béatement à vos voisins…

Pour le plus long trajet de Luang Prabang (au nord) à Packsé (au sud), heureusement nous avons pris l’avion car en bus, c’était long et compliqué (environ 14h au total). Si cela peut vous rassurer, Lao Airlines est une compagnie maintenant sûre  : notre avion était un ATR tout neuf et le service, quant à lui, était vraiment impeccable. En revanche, une chose que je n’ai jamais vue de ma vie : notre avion pour Packsé est parti 20mn à l’avance ! Arrivez donc bien en avance à l’aéroport…

Gastronomie : un voyage ne suffit pas…pour tout goûter

Mon coup de coeur du voyage !!! Bon en même temps, c’était un peu gagné d’avance étant donné que je suis une adepte de la cuisine asiatique, particulièrement la cuisine vietnamienne. J’aime sa fraîcheur, sa légèreté, sa finesse et sa diversité. Tenez, rien que les herbes aromatiques, il y en a plus d’une vingtaine et lorsque vous en mélangez 3 ou 4, c’est le monde végétal qui semble exploser en bouche, bon, je m’emballe, je m’emballe !IMG_3712

La cuisine laotienne a de nombreux points communs avec ses pays voisins : elle partage l’usage des herbes fraîches et les soupes avec le Vietnam, la cuisson de viandes ou de poissons dans les feuilles de bananier avec la Thailande et le Cambodge (le Amok, ça vous dit quelque chose ?) et certains plats sont communs à presque toute la péninsule du sud est asiatique : la salade de papaye verte, les rouleaux de printemps frais ou frits, les curry, le riz gluant (servi dans de jolis petits paniers), les plats de nouilles sautées etc…Pour ceux qui sont allergiques au gluten, cette cuisine est pour vous : l’emploi de la farine de blé est très marginale (elle est remplacée par la farine de riz ou de soja).

IMG_3530

J’ai en revanche trouvé qu’on utilisait beaucoup plus la citronnelle et le tamarin. La cuisine laotienne est saine et délicieuse mais en plus la présentation sera toujours soignée, que ce soit dans les restaurants ou dans la cuisine de rue. J’ai particulièrement aimé les spécialités suivantes : les bâtons de citronnelles farcies au poulet ou au porc, les amok, les différents condiments et sauces (souvent à base de tamarin ou de crevettes séchées) où l’on trempe des légumes crus, les brochettes de viandes grillées bardées à la citronnelle (cf la photo ci dessus), les petits pancakes à la noix de coco, sans oublier bien sûr tous les fruits tropicaux et leur jus : fruit du dragon, fruit du jacquier, mangoustan, noix de coco fraîche, mangue et …durian (oui, j’adore ce fruit, vous savez, celui qu’il est interdit de transporter dans les bus en Asie tellement il pue !).IMG_4231IMG_3724IMG_3388 copyIMG_4527IMG_3280 copyIMG_4545

Que rapporter ?

Le Laos est particulièrement réputé pour ses tissages, que vous trouverez sous différentes formes : tapis, sacs, étoles, chemins de table etc…Chaque ethnie a ses propres techniques, motifs et couleurs de prédilection. IMG_3291C’est à Luang Prabang que nous avons trouvé les plus beaux tissages, vous pouvez en acheter au marché de nuit ou dans les boutiques du centre historique. Nous avons craqué pour ce tapis (photo ci dessous) tissé par des Tai Lue (une ethnie vivant dans le nord du Laos) au « Traditional Arts & Ethnology centre (TAEC) « , les prix y sont fixes, la moitié allant directement aux villages. Vous pouvez aussi rapporter de beaux articles de vanneries  (paniers pour le riz gluant, corbeilles à fruits, boîtes etc…)IMG_5606 copy

La suite du voyage dans mes prochains articles, où il sera question de spiritualité, de lumière, de moiteur et de luxe, ok, c’est un peu décousu mais j’arrange tout ça et je  reviens !

Vous aimerez peut être