IMG_5661 copyCela fait longtemps que je désirais visiter le musée Gustave Moreau mais à Paris, il y a tellement d’expos et de ballades à faire que j’ai laissé le temps filer et ne l’ai pas mis en haut de mes priorités. Mais suite à mon article sur le musée Bourdelle, vos commentaires  m’ont définitivement convaincue de le visiter au plus vite.

De nombreux articles sont consacrés à ce musée et je ne vous présente plus l’emblématique escalier à vis qui relie les deux grands ateliers. L’ayant maintes fois vu en photo, je ne peux pas vraiment parler de découverte, mais il faut reconnaître qu’en vrai il est tout simplement sublime. IMG_5676

La production de Gustave Moreau est tellement colossale ou alors les ateliers trop petits, que pour gagner de la place, les dessins (plus de 5000  !) sont rangés dans des armoires à volets, n’hésitez donc pas à utiliser les tabourets mis à votre disposition pour les feuilleter à votre rythme.

Je ne sais pas pour vous, mais me concernant, j’aime regarder de très près les peintures pour apprécier les détails et les textures, j’ai donc regretté que certaines tableaux ne soient pas bien visibles car accrochés en hauteur, hors, la hauteur sous plafond est de 7 m…donc si vous avez des jumelles, pensez à les apporter, si si !

IMG_5677 copy

Parmi tous les chefs d’oeuvre exposés, j’ai été très attirée par une peinture inachevée, réalisée en 1884 (date également de la mort de la mère de l’artiste)  et intitulée Les Chimères. D’inspiration mythologique, sa signification est très complexe, le carton de description mentionne que le tableau , sous-titré Décaméron satanique est sensé représenter  : « […] toutes les formes de la passion, de la fantaisie, du caprice chez la femme » (bon, je n’ai pas creusé la relation de l’artiste aux femmes, mais mon petit doigt me dit qu’elle ne devait pas être super détendue ! ).

On y retrouve les chimères et monstres mythologiques chers au peintre : licorne, bouc, sphinx et taureau ailé. Comme le tableau comporte très peu de couleurs, il invite à scruter longuement les détails et si vous aimez les motifs, vous vous régalerez à repérer les différents motifs floraux qui composent les vêtements des personnages centraux. En revanche, nous sommes ici sur un très grand format, la peinture mesure 2 m sur 2,3 m, je n’ai pas pu voir précisément la partie du haut, il me semble avoir repéré les contours d’une ville.

IMG_5657Le fait que le tableau comporte peu de pigment, fait encore plus ressortir la finesse des dessins et me rappelle la technique du filigrane utilisée dans l’orfèvrerie. Avec sa toile qui a viré au rose pâle, j’imagine tout a fait ce tableau reproduit sur une robe de haute couture en soie…
IMG_5659IMG_5656

Pour imaginer ce à quoi aurait pu ressembler le tableau mis en couleur, j’ai fait le rapprochement avec le célèbre tableau « Les Licornes ». Ce tableau est tout aussi beau mais vous ne trouvez pas que l’oeil est davantage guidé par les couleurs et moins par les détails et les motifs ?

IMG_5667IMG_5671

Bon, il faut savoir que je vous ai fait la visite à l’envers ! Avant d’accéder aux ateliers, vous passerez d’abord par les appartements familiaux du peintre.
IMG_5638 copy

IMG_5634Ma pièce favorite est celle du boudoir, qui, par son accumulation d’objets ressemble à vrai dire plus à un cabinet de curiosités.IMG_5641

Le musée Gustave Moreau est un incontournable à Paris, comme de nombreux ateliers et maisons de peintres, il a quelque chose d’émouvant car la présence de l’artiste y est presque palpable et les tableaux inspirés de la mythologie sont d’une extraordinaire délicatesse. Mais mon coup de coeur à Paris, reste définitivement le musée Bourdelle. Récemment, j’ai visité un musée vraiment exceptionnel, il est pour moi l’un des plus beaux musées au monde, il est en France mais pas à Paris, je vous en parle très prochainement…
IMG_5643
Musée national Gustave Moreau
14 rue de La Rochefoucauld
75009 Paris

Ouvert tous les jours sauf mardi


Vous aimerez peut être