IMG_6972

Cette ville fût l’une de mes étapes préférées de tout notre voyage. Dès que j’y ai mis les pieds, elle m’a immédiatement fait penser à un roman de Milan Kundera et plus précisément à « la Valse aux adieux ». Avez vous lu ce livre ? Je l’ai lu lorsque j’étais en terminale, pour les lectrices les moins jeunes, souvenez vous, Kundera était THE écrivain qu’il fallait avoir lu (avec Paul Auster) ! Plus de 15 ans plus tard, je l’ai relu en pensant que mes goûts avaient changé, et en fait, il me plaisait toujours autant. L’intrigue se déroule dans une petite ville d’eaux et le lecteur assiste au drame qui se noue entre un médecin, une infirmière, un riche américain, un trompettiste et un ancien détenu, avec comme toile de fond le lent ballet des curistes.

La Orotava n’est certes pas une ville thermale et encore moins slave,  mais son coeur historique a ce charme suranné qui sied si bien aux romans de Kundera : c’est une ville de poupée, avec son kiosque à musique, son église, son jardin en terrasse si romanesque et si bien entretenu, ses multiples recoins et ses ruelles pavées.

orotava3IMG_7368 copyIMG_7792Et je ne sais pas si c’est toute l’année comme ça mais sur les trois soirs où nous y étions, nous avons eu droit à des couchers de soleil aux nuances différentes à chaque fois, parfois presque irréelles…IMG_7791IMG_7789orotavaIMG_6990IMG_6958 copyIMG_6966IMG_6963 copyIMG_7364IMG_7055orotavaSon ensemble architectural extrêmement homogène donne l’impression que le temps s’y est arrêté. Le lieu de ralliement des habitants est le Lieco Taoro, que vous pouvez voir ci dessous, il est encore plus flamboyant au coucher du soleil. Cette jolie bâtisse de début du siècle, accueille un club sportif et une association culturelle. Nous avons assisté en soirée à un concert de jazz et dans une autre salle se tenait un mariage.  Je n’ai eu aucun mal à imaginer les notables de la ville formant un microcosme propice à toutes les intrigues. Bon, en fait, si ça se trouve il ne s’y passe strictement rien mais ces quelques ingrédients et cette atmosphère désuète ont suffit à faire galoper mon imagination !

IMG_7785Du point de vue plus pratique, sachez que pour profiter en toute tranquillité de la ville, je vous conseille d’y aller l’après midi car la plupart des touristes la visitent le matin. Pour les adresses conseillées, vous pouvez les retrouver dans mon 1er article.
IMG_7889 copyIMG_7011 copyorotava2Parmi les trois villes coloniales de Ténérife, La Orotava est donc celle que je vous conseille de visiter en priorité. Mais j’ai aussi apprécié La Laguna et Garachico, je vous laisse juger par vous même avec les photos qui suivent.

La Laguna : comme un air de mexique

De taille beaucoup plus importante que la Orotava, elle conserve de son prestigieux passé plusieurs palais de style baroque. Vous pourrez voir les plus belles demeures dans les rues piétonnes du coeur historique tout au long de la calle San Agustin et de la calle Herradores. Mais laissez vous guider par votre instinct et prenez les rues adjacentes car tout le reste du centre ville est également charmant. Loin d’être une ville musée, les rues sont ponctuées de nombreux cafés fréquentés par une importante communauté estudiantine. Avec ses façades colorées, la Laguna m’a rappelé les villes coloniales du Mexique comme Oaxaca, Guanajuato ou San Miguel de Allende.

IMG_7118IMG_7102 copyLaguna - TenérifelagunaLaguna - TenérifeLaguna - Tenérifelaguna3laguna4IMG_7094 IMG_7099 IMG_7101laguna6laguna2IMG_7120

Garachico

C’est la plus petite des trois villes coloniales de Ténérife, mais c’est aussi la seule qui a un accès direct à la mer. Après une visite dans l’ancien couvent de San Francisco, où vous pourrez voir une jolie collection de coquillages et de minéraux, je vous conseille de vous baigner dans l’une des piscines naturelles qui se trouvent à l’entrée de la ville.
garachicoIMG_7427IMG_7424 copyIMG_7428 IMG_7433 copy IMG_7445 copy IMG_7473
IMG_7468IMG_7465

J’espère que toutes ces couleurs vous ont fait du bien ! Rendez-vous au prochain et dernier article, qui aura pour sujet l’extravagance végétale de cette île…

Vous aimerez peut être