que voir a capriJ’attendais avec impatience cette semaine sur la côte amalfitaine en ce début du mois de juin. Je me disais deux semaines avant de partir : à nous la dolce vita, la farniente, la mer, le romantisme et tout le tintouin ! Et force est de constater que de tout ça, je n’ai eu que la mer…Le bilan de cette semaine fût un peu mitigé pour une seule et unique raison : la foule ! Jusqu’à présent, la haute saison pour moi correspondait aux vacances scolaires, soit juillet et août, je ne m’attendais pas à ce que celle ci démarre en trombe dès la mi mai sur la côte amalfitaine !

Alors oui, cette côte inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco est magnifique, nous avons vu des falaises déchiquetées où se lovent des petites criques aux eaux turquoises, des villages accrochés à flanc de montagne, des stations balnéaires chicissimes et une végétation méditerranéenne laissant sur son sillage des doux parfums de jasmin, d’agrumes et de figuiers…

Mais… mais, hélas, le repos que j’étais venue chercher s’est parfois transformé en stress lorsque nous nous retrouvions serrés comme des sardines dans un bus pris dans des bouchons ou lorsque nous nous promenions à la queue leu leu dans les villages… De plus, j’ai trouvé dommage que les centres des villages ne soient pas interdits aux voitures comme en Croatie, cela aurait permis de flâner plus tranquillement.

Sachez aussi qu’il faudra vous armer de patience tellement il y a du monde… partout. Si c’était à refaire, j’aurais rectifié deux ou trois choses, je vous donne à la fin mes conseils et ceux que j’aurais aimé avoir avant de partir.

Cela dit ne soyons pas totalement négatifs, car la côte amalfitaine fait rêver des voyageurs du monde entier, donc si vous avez pu réunir le budget nécessaire pour être là, c’est que vous faites déjà partie des chanceux ! Je vais vous montrer la beauté de ces lieux au travers des photos que j’ai cadrées de manière à ce que l’on ne ressente pas la densité de la foule.

Commençons par la plus fameuse des étapes de la côte amalfitaine :

Capri(ce) des Dieux…

Je ne peux pas dire que je n’ai pas été prévenue. J’ai lu des articles de blogs mentionnant le charme perdu de cet ancien petit port de pêche devenu une vitrine du tourisme de luxe. Certains voyageurs conseillent même d’éviter Capri au profit de ses voisines Procida et Ischia. J’aurais en effet préféré aller à Procida mais j’ai découvert sur place qu’elle était mal desservie, autant pour moi, je n’avais qu’à mieux m’informer avant de partir…

L’île de Capri comporte deux villages : Capri et Anacapri (moins fréquentée car plus éloignée de l’arrivée des bateaux et perchée dans les montagnes).  Capri se trouve à 142m au dessus de la mer, vous devez donc soit prendre le funiculaire située sur le port soit, prendre le chemin de 600 marches. Les ruelles sont interdites aux voitures, mais elles sont loin d’être calmes, surtout au centre, il y a du monde partout.

Ici, tout n’est que luxe et volupté : hôtels et villas très chics, joailliers, boutiques de vêtements haute couture… Même si tout est de très bon goût, mes premières impressions de l’île furent donc un peu décevantes…

Que voir à Capri

que voir a capri

que voir a capri

que voir a capri

Sachez toutefois que si vous vous vous enfoncez dans des ruelles à l’arrière des restaurants et boutiques, vous tomberez sur des passages quasi déserts, enfin !que voir à Capri

 

Comment fuir la foule ?

C’est connu, plus ça grimpe et moins il y a de monde. Plusieurs balades sont possibles depuis le village de Capri, allant d’une durée d’une heure et demi à trois heures (aller-retour). Vous pourrez ainsi randonner pour visiter des grottes, des ruines, des chapelles ou tout simplement pour avoir une vue époustouflante sur la mer. La plupart des sentiers partent de la piazza Umberto I. Nous avons choisi l’une des balades des plus courtes (celle vers le Mont Tiberio et la Villa Jovis, en 1h30 A/R) car notre bateau repartait tôt dans l’après midi. Cette balade m’a réconciliée avec Capri car très vite, le chemin longe des superbes villas aux jardins fleuris d’un côté et de l’autre, vous avez un superbe panorama de la côte. Miracle, nous croisons à peine une dizaine de personnes tout au long du parcours…
que voir a capri

que voir a capri

que voir a capri

Je vous conseille de faire un arrêt au Parco Astarita, si vous tombez par chance sur un jour où il est ouvert. Ce petit parc offre plusieurs points de vue sur les falaises.Que voir à Capri

Que voir à Capri

Que voir à Capri

Le but final de la promenade est le Mont Tiberio, où vous pourrez visiter les ruines de la Villa Jovis (entrée 2 euros). Il ne reste pas grand chose de l’ancienne résidence de l’empereur Tibère mais le lieu est hyper calme et reposant. J’ai adoré cette vue sur la mer qui m’a fait penser au tableau Falaises de craie sur l’île de Rügen de Caspar David Friedrich...Que voir à capri

que voir a capri

Au retour, si vous souhaitez déjeuner sur le pouce au calme, avec une vue imprenable sur la mer, je vous conseille de vous arrêter au bar Jovis. Nous avons voulu tester une citronnade, la côte amalfitaine est en effet réputée pour ses énormes citrons. Bon, non seulement sachez qu’un verre de citron vous coûtera entre 7 et 8,50 euros selon le village (oui vous avez bien lu) et en plus il n’a rien d’exceptionnel au goût.que voir a capri

De retour au centre de Capri, si vous souhaitez avoir un panorama sur les Faraglioni, les trois célèbres rochers de Capri, direction les Jardins d’Auguste. Ces jardins sont jolis mais minuscules par rapport au nombre de visiteurs ! Cela ne se voit pas sur mes photos car j’ai du ruser et être parfois très patiente pour ne pas avoir les touristes dans mon champ de mire…que voir a capri
Que voir à Capri

 

Que voir à capri

Y aller 

Vous pouvez aller à Capri en bateau de Naples et de Sorrente. De Sorrente, compter une traversée de 25 minutes (38 euros A/R).

Où loger ?

Vous pouvez loger sur l’île de Capri mais ce n’est pas très pratique pour explorer le reste de la côte. Nous avons logé trois jours à Sorrente et trois jours à Amalfi dont je vous parlerai dans un autre article. Sorrente est une station balnéaire souvent choisie par les touristes comme point de chute pour visiter Pompéi et Capri. Mais elle peut faire également l’objet d’une visite d’une demi journée. La ville est perchée en haut d’une grande falaise de tuf. Avec ses ruelles étroites, Sorrente aurait pu avoir un charme fou si son centre avait été interdit aux voitures. 

En contrebas, entre le port et la Marina grande, il y a plein de plages privées très tentantes et très photogéniques avec leurs cabines colorées.

Que voir à Sorrente

Que voir à Sorrente

Que voir à Sorrente

Que voir à Sorrente

Ne quittez pas Sorrente sans avoir visité l’église Sant’Anna. Vous pourrez y voir une exceptionnelle et énorme collection d’ex voto, j’en ai rarement vu d’aussi variés !

Le choix en matière d’hébergement est large à Sorrente, mais en haute saison, il faut réserver longtemps à l’avance si vous ne voulez pas que les prix grimpent trop vite… Je vous recommande La Guesthouse La Ferrovia, très bien située à l’écart du bruit de la ville et juste en face de la gare et de la station des bus SITA. Notre chambre donnait sur un jardin d’orangers.

se loger à Sorrente

Pour déjeuner ou dîner, il est difficile de trouver un endroit pas trop touristique, je vous recommande néanmoins La cantinaccia del popolo 3 Via Bernardino Rota qui fait aussi traiteur. On y mange une cuisine italienne familiale. 

Mes conseils pour mieux profiter de la côte Amalfitaine :

  • Cela tombe sous le sens mais y aller hors saison peut changer vraiment la perception de votre voyage sur la côte amalfitaine. J’ai toujours eu la chance de voyager en basse saison ou en dehors des vacances scolaires. C’est en grande partie pour ça que je garde à chaque fois un excellent souvenir de mes voyages. De cette semaine, je regrette que les images de la foule me soient restées en tête plus que celle des paysages… En octobre, les jours sont encore doux mais en revanche il fera un peu froid pour se baigner. Si parmi vous quelqu’un y est allé en basse saison, je veux bien son avis.
  • Même si la côte est très bien desservie via le réseau des bus SITA, je vous conseille vraiment de prendre le bateau/ferry/hydroglisseur dès que vous le pouvez pour éviter les bouchons et d’être parfois debout dans des bus pleins à craquer. C’est plus cher mais franchement, vous aurez une arrivée moins stressante en accostant par la mer, sans compter la vue panoramique que vous n’aurez pas du bus.
  • Loger à Naples. Surtout pour visiter les îles (Capri, Ischia et Procida) car les liaisons sont plus nombreuses et directes. Le site de Pompei est à seulement 50 minutes de Naples via le train et Sorrente à un peu plus d’une heure. Comme des idiots, nous voulions éviter de loger à Naples car elle était réputée pour être sale et dangereuse. C’est un changement de programme qui nous y a amené. Nous avions prévu trois jours à Sorrente mais la ville étant très petite, nous nous sommes retrouvés avec une journée « libre » non prévue dans notre planning. Nous voulions aller à Procida mais elle n’était pas accessible à partir de Sorrente. Pourquoi ne pas surmonter les préjugés et aller à Naples ? Au final, Naples fût la bonne surprise du voyage… Je vous parlerai de cette ville dans un prochain article mais je peux déjà vous dire qu’elle a un patrimoine historique très sous estimé et une authenticité qui tranche fortement avec la côte amalfitaine. C’est une ville avec une identité très forte,  qui m’a fait regretter de ne pas pouvoir l’explorer plus longtemps qu’une seule journée.

Enfin, point positif et mention spéciale aux amalfitains : malgré le monde, ils restent super zens, polis et patients !

Vous aimerez peut être